Entre deux eaux

 
DÉMARCHE DE PROJET / MISE EN SITUATION
 
Je marche souvent sur les berges du Fleuve Saint-Laurent de la Rive-Sud de Montréal.  À cette hauteur, la société tire généralement peu profit de ces berges.  Les résidents y sont peu attirés et la qualité de l'eau n'y a pas grande réputation auprès de la population.  Sauf près des marinas ou des rampes de mise à l'eau, je n'y rencontre pratiquement personne, si ce n'est, à l'occasion, qu'un itinérant voyageur ou encore une poignée de jeunes gens qu'y s'y retrouvent pour la quiétude des lieux.  Quelques pêcheurs solitaires s'y rendent ou se forment en groupes, au hasard des jours, plus par prétexte à la rencontre que pour la prise d'un poisson d'ailleurs consommé avec modération.
 
Sur ces berges plutôt glaiseuses, non attirantes et mal aimées, je cadre des paysages qui tentent de redonner à l'eau d'un fleuve impopulaire, ses valeurs primordiales, ses symboles et ses évocations spirituelles.  Au fil de mes pas, je cherche à pérenniser sur ces rives délaissées, des images qui nous renouent avec cette eau douce, mère de toute chose.
 
 
CARACTÉRISTIQUES THÉMATIQUES/CONCEPTUELLES
 
L'intention première de ce projet est de hisser une représentation à la base antipoétique du Fleuve au niveau d'une expérimentation visuelle et émotionnelle proche du désir.  Ainsi, le visiteur est placé dans une situation intermédiaire (entre deux eaux), un état médian entre son désintérêt pour un lieu et des images de ce même lieu qui tentent, à l'opposé, d'opérer sur lui une force d'attraction.
 
Ce travail est influencé par le pouvoir évocateur et suggestif de l'image qui interpelle la représentation mentale (idée, ressenti, émotion) au détriment de la réalité.
 
Ce projet s'inscrit dans ma démarche artistique au concept du paysage, tant par l'illustration du paysage-réalité que par la réflexion qu'elle suggère au sujet de l'influence de l'aménagement du territoire sur les actions, comportements et attitudes humaines en sciences humaines et sociales.