Territoires indus

 
 
TEXTE DE PRÉSENTATION
par Robert Legendre
 
Territoires indus est un projet qui explore le concept de sérialisme de même que la notion de temps.  Il nous oblige à établir d'abord le constat d'un lieu, suscitant ensuite une réflexion sur ces territoires périurbains où cohabitent sumultanément des zones agricoles, industrielles et d'habitation.
 
Territoire indus s'intitule ainsi parce que le regard qu'on y pose révèle l'hybridation des fonctions de ces lieux - et de leur détournement originellement agricole - au profit de l'industrie et de l'habitat.
 
Nancy Hill parcourt régulièrement une zone périurbaine en développement parce que cette dernière la fascine par les perspectives qu'elle génère au fil des années, lui fournissant des éléments dépouillés, voir minimalistes pour réaliser ses travaux.
 
Ce lieu l'attire également parce que d'emblée, sa médiocrité formelle génère un esthétisme de la laideur, « la beauté du laid », c'est-à-dire la recherche d'une certaine élégance, qui en soi, n'a rien d'ostentatoire.  Les paysage réalisés par Nancy Hill, tout comme les éléments qui servent à leur élaboration, sont donc dépouillés de tout artifice, ne retenant dans leur proposition que l'essentiel du lieu.  Son travail, son regard et une recherche certaine de l'abîme et du vide créent un lien avec certains travaux de Denis Thibeault.
 
Ce projet est influencé, à l'origine, par le travail de certains des artistes ayant participé à l'exposition New Topographics qui eut lieu au cours des années 1970 aux États-Unis.
 
_______________________________________
 
 
PRESENTATION TEXT
by Robert Legendre
 
Territoires indus is a project that explores the concept of serialism in conjunction with the notion of time.  First, it forces us to observe a specific place, then it encourages us to reflect on hinterlands where agricultural, industrial, and residential zones cohabit.
 
The title Territoires indus refers to how our gaze unveils the hybrid functions of these places - and their diversion from their original agricultural vocation to industrial and housing purposes.
 
Nancy Hill regularly visits a peri-urban area in the process of development because she is fascinated by the perspectives that this development generates over the years, offering her stripped, even minimalist, elements for producing her photographs.
 
This space also draws her because, at first glance, its formal mediocrity generates an aesthetic of ugliness, « the beauty of the ugly » - the search for a certain elegance that, in itself, is not conspicuous.  Hill's landscapes like the elements that she uses to make them, are thus stripped of all artifice, retaining only the essentiel aspects of the place.  Her work, her gaze and a certain search for abyss and emptiness create a resemblance to some of Denis Thibeault's works.
 
This project was originally influenced by the work of certain artists who participated in the 1970s exhibition New Topographics in the United States.